Publié le 11 Août 2017

Nicolas Gaiardo : le justicier des victimes d’arnaques sur Internet.

En 2012, l’Autorité des marchés financiers a recensé plus de 12 000 victimes de sites de trading sur Internet. Trois ans plus tard, le chiffre a plus que doublé laissant plusieurs milliers d’épargnants, notamment des personnes âgées et demandeurs d’emploi, dans un cauchemar financier.

La cybercriminalité a pris une ampleur telle, que les techniques développées par les profiteurs du web sont très difficiles à déceler. Promesses enivrantes, gains faciles et sans risques, investissements rentables, les victimes mordent facilement à l’hameçon mais ne verront jamais leur argent augmenter, voire revenir. Au vue de la prolifération des arnaques et escroqueries sur Internet, Nicolas Gaiardo a décidé d’ouvrir un site visant à aider les victimes à retrouver les traces de leurs épargnes. Depuis la création du site Warning trading, plus de 700 clients n’ont pas hésité à faire appel  à ce justicier qui lui aussi, était tombé sous le piège d’un faux-courtier en 2010.

Pourquoi avoir créé la Warning Trading ?

 

Lors de son interview dans l’émission « Envoyé Spécial », Nicolas Gaiardo, fondateur du blog Warning Trading a apporté des éclaircissements quant aux champs d’intervention de son réseau. En 2007, l’entreprise pour laquelle il travaillait est entrée en bourse. Il s’est rapidement laissé séduire par le monde financier et par la même occasion, a réussi à toucher un bon petit pactole. Sans expérience à l’époque, il se jetait dans l’achat et vente d’actions sans prendre en compte des risques qu’il pourrait courir. Trois ans plus tard, ce qui devait arriver est arrivé. Il a eu la malchance de tomber sur un faux-courtier  qui lui proposait des bonus par-ci, des placements rémunérateurs par-là. Sous la pression des coups de téléphone récurrents, mais surtout par soif de gains faciles et sans risques, Monsieur Gaiardo se jette corps et âme dans le trading. Par naïveté et croyance, il a payé les frais et perdu d’importantes sommes sur ces placements. C’est quatre ans plus tard, en 2014 que Nicolas Gaiardo a donc fait le serment de ne plus tomber dans les pièges des escrocs du trading. En voyant tous les désagréments causés par les profiteurs du web, Gaiardo a décidé de créer le site Warning Trading, qui comme son nom l’indique a pour vocation de mettre en garde et d’alerter les futurs épargnants dans le trading en ligne. Le site a connu un succès notable depuis sa création car de nombreuses victimes sont épaulées et assistées par l’agence, qui signalons-le, a pu récupérer un certain pourcentage de l’argent perdu via les services proposés.

Les personnes ciblées par les arnaqueurs.

 

Dans l’enquête menée par un journaliste de l’envoyé spécial, nous pouvons voir le sérieux des démarches menées par Nicolas Gaiardo dans la recherche des présumés coupables. On y retrouve dans une séquence de la vidéo un Avocat, un juriste et un banquier autour d’une table ronde penchés sur le dossier d’une cliente victime d’arnaque sur Internet. Plus il y a de compétences et mieux c’est. Nicolas Gaiardo a fait appel à ces professionnels du droit et de la finance afin de comprendre les techniques de l’arnaque dans les détails. Bien qu’il soit un habitué des plaintes pour arnaques sur Internet, le fondateur de la Warning Trading tient quand même à porter à la connaissance du public les différentes méthodes utilisées par les profiteurs du web pour gagner la confiance de leurs cibles. D’ailleurs, existe-t-il une catégorie de cible plus intéressante pour les margoulins du web ? Oui, certainement. D’abord les Français, les seniors surtout et les demandeurs d’emploi. Ce sont là des proies faciles pour les arnaqueurs, et ce pour de nombreuses raisons. La première, celle qui semble la plus évidente c’est le manque de connaissance du monde digital et des techniques de la cybercriminalité. Les personnes âgées n’ont qu’une connaissance basique de la NTIC, ce qui leur rend plus vulnérables. Nicolas Gaiardo affirme également que ce sont le groupe de personnes qui ont le plus économisé dans leur vie. Ils ont des bas de laine d’une valeur inestimable que les margoulins peuvent très bien exploiter. En leur téléphonant tous les jours et en leur proposant une assistance et une écoute  permanente, les arnaqueurs finiront toujours par gagner leur confiance. Les demandeurs d’emploi quant à eux, succombent très facilement aux promesses de gains faciles et rémunérateurs. Vue leur situation financière très défavorable, cette catégorie de cibles attire de nombreux profiteurs du web.

Quelles solutions pour les victimes du trading ?

 

Depuis sa création en 2014, la société Warning trading a assisté et aidé de nombreuses victimes de sites illégaux. En général, l’intervention de la WT consiste à retracer l’argent perdu par les victimes de faux épargnants mais il n’y pas que cela. Expert dans le monde financier, Nicolas Gaiardo a également mis en place un service d’accompagnement à la résolution de tous litiges relatifs au monde financier. Ce service, baptisé « Broker Defense » est une option à favoriser en cas de difficulté à retirer des fonds, de mauvais conseils d’investissement, en cas de professionnel injoignable ou indélicat, de produits ou services non délivrés, virement frauduleux ou société fantôme.

Le site a pour vocation de prévenir les désagréments causés par une société d’épargne suspecte en ligne. La Warning Trading prouve la crédibilité de son activité par les différents articles, interviews et témoignages de clients sur la récupération d’une part de l’argent qu’ils auraient pu perdre à jamais sans l’intervention de Mr Gaiardo. Contrairement à d’autres sites fantômes, la Warning Trading dispose d’un local professionnel et d’un contact joignable pour toutes demandes d’informations. De surcroit, le fondateur est mieux placé que d’autres pour déterminer les mesures à prendre en cas de d’arnaque sur Internet. Lui qui a même été enlisé dans le monde sans pitié du trading, connaît par cœur les techniques développées par ces escrocs particulièrement pervers.

La Warning Trading propose un service de prévention permettant d’obtenir toutes les informations nécessaires avant de faire un virement bancaire ou paiement par Carte Bleue : «Check & Pay». Pour mettre les futurs épargnants à la page de la conjoncture financière, Nicolas Gaiardo travaille avec une équipe de rédacteurs spécialisés dans les recherches et investigations du monde financier. Les nombreux articles et vidéos réalisés et publiés sur le site traitent principalement de l’actualité financière et mettent en garde sur les nouvelles formes d’arnaques du web.

Les médias en parlent ! L’émission « envoyé spécial » est descendue sur terrain pour enquêter sur le phénomène grandissant de la cybercriminalité. De la France en Israël, le chemin est loin pour les arnaqueurs, mais la rentabilité des affaires du trading en vaut la peine pour les entreprises de trading. Tous les jours, plus de milliers d’euros sont volés en France. Ces sommes importantes proviennent essentiellement des français trop crédules qui ne souhaitaient qu’une seule chose : réaliser leurs rêves en faisant fructifier leurs épargnes. Malheureusement, les clients de Nicolas Gaiardo augmentent de jour en jour, de nombreux autres sites de placement se créent, idem pour le nombre de victimes.

En 2015, l’Autorité des Marchés financiers a reçu plus de 10 000 appels signalant une possibilité d’arnaque financière.   Depuis, une centaine de sites épargnants ont été placés sous liste noire pour cause de manœuvre frauduleuse et de cybercriminalité. Cliquez ici pour en savoir plus.

Quoiqu’il en soit, il faut se rappeler que tout le monde peut être victime de sites illégaux. Et d’ailleurs c’est lorsqu’on croit être le plus  averti qu’on est le plus vulnérable. Nicolas Gaiardo tient donc à mettre à disposition du public son site internet afin de s’informer des dernières actualités financières, de vérifier la légalité d’une société ou de résoudre un litige lié au monde financier.  Mieux vaut prévenir que guérir, n’attendez pas d’être dans l’impasse pour faire appel à l’expertise de l’équipe Warning trading. Présent sur facebook, twitter et autres réseaux sociaux,  la warning trading fait jaser les médias tels que Médiapart, 01net.com et BFM Business.

Voir les commentaires

Repost 0